Quels sont les différents types de test d’ADN et test de paternité ?

Le test d’ADN est un examen qui peut révéler des informations importantes sur un individu. Le test ADN et le test de paternité coexistent mais ne sont pas du tout équivalents même si le second est réalisé à partir du premier. Aujourd’hui, plusieurs laboratoires proposent de réaliser ces tests. Il existe différents types de test ADN et test de paternité mais regardons d’abord leur différence.

Les différences entre test ADN et test de paternité

Les deux expressions test ADN et test de paternité sont souvent utilisés pour exprimer un même test. Pourtant, il y a une différence entre les deux lorsqu’on regarde de près de quoi il s’agit respectivement. En fait, le test ADN regroupe tous les examens réalisé en laboratoire et qui sont en rapport avec la génétique. Il est par exemple utilisé pour identifier un corps ou démontrer une filiation. Quand on parle de filiation, bien évidemment, on évoque aussi paternité mais l’inverse n’est pas toujours valable. En effet, on peut faire un test d’ADN sans qu’il s’agisse d’un test en vue d’établir une paternité. Néanmoins, de nos jours, les tests d’ADN les plus souvent réalisés visent à établir un lien de paternité entre un enfant et un père ou présumé père.

 

Les différents types de test ADN

Il existe différent types de test d’ADN notamment :
• Le test ADN autosomal : ce test est généralement réalisé dans le but de découvrir les origines ethniques d’un individu. Il est possible d’identifier des cousins génétiques ayant les mêmes segments d’ADN avec ce type de test ADN, et ce, jusqu’à la huitième génération. Il s’agit d’un test ADN réalisé sur les 22 paires de chromosomes ainsi que les chromosomes X. Il s’adresse aux deux sexes.
• Le test ADN mitochondrial : ce type de test ADN s’adresse aux deux sexes également. L’objectif de celui-ci est de retrouver la plus ancienne lignée maternelle ou la plus ancienne des ancêtres de sexe féminin, grâce à l’analyse des mitochondries. Ce test se décline en trois types dont l’HVR 1, HVR 1 combiné à l’ HVR 2 et le dernier Mt Full sequence. Chacun permet de déterminer ce qu’on appelle haplogroupe.
• Le test ADN du chromosome Y : les hommes sont les seuls à détenir ce chromosome. Il permet donc de retrouver le plus ancien ancêtre masculin et son haplogroupe. L’analyse peut permettre de remonter jusqu’aux temps archéologique.

Les différents types de test de paternité

En ce qui concerne le test de paternité, on en cite quatre types dont :
• Test de paternité standard : le test de paternité réalisé habituellement pour contester ou prouver un lien de paternité entre un enfant et son présumé père. Le laboratoire se sert ici d’échantillon standard, répondant entièrement aux besoins de l’examen.
• Test de paternité non-standard : le test de paternité est non-standard lorsqu’on utilise un échantillon non standard pour réaliser le test. Cela peut arriver quand le présumé père n’a pas donné son consentement pour le test et n’a donc pas voulu faire le prélèvement. La fiabilité des résultats dépendra, de ce fait, de la qualité des échantillons.
• Test de paternité post-mortem : il s’agit ici de réaliser un test de paternité après la mort du père présumé. Il peut avoir un caractère légal ou non suivant les situations. Il est légal quand l’autorisation a été donnée par un juge : le corps du défunt sera donc exhumé pour prélever des échantillons pour l’analyse. Si le test est réalisé par simple curiosité, il faudra utiliser un échantillon non-standard.
• Test de paternité indirect : il peut arriver que le père présumé ne veuille pas qu’on lui prélève des échantillons d’ADN. Dans ce cas-là, d’autres membres de sa famille peut le faire à sa place comme son père, son frère, sa sœur, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post